www.ofadec.org


Téléphone : (221) 33 832 24 60

FAX: (221) 33 832 24 60 /33 825 36 04

B.P : 1887 Dakar-Sénégal

Villa N° 302 "Espace Résidence"
Hann Maristes II
 
Demandeurs d ’asile et réfugiés au Sénégal

Exécution programme d'assistance aux réfugiés
Projet d'assistance aux réfugiés
Résumé des activités VIH SIDA
Critère DAFI
Projet de puériculture
Programme de formation
Bureau d’Orientation sociale (BOS)
 
 
 
Projet de puériculture d’éducation nutritionnelle en faveur des familles réfugiées au Sénégal
Précédent Suivant

La majorité de ces femmes réfugiées ne connaissent pas la valeur nutritive des produits locaux de leur pays d’accueil et ne savent pas comment les Par sa situation géographique et sa stabilité politique, le Sénégal apparaît comme une terre d’accueil naturelle des victimes des conflits de la sous région voire de toute l’Afrique.

Ces dernières années, Dakar a enregistré un nombre croissant de réfugiés originaires de pays francophones et anglophones venant aussi bien de l’Afrique de l’ouest que du reste du continent fuyant leur pays en guerre.

La majorité est composée de femmes et d’enfants. Cependant, la cherté de la vie à Dakar ne leur permet pas de se prendre en charge, accroissant ainsi leur vulnérabilité et la précarité de leurs conditions d’existence.

Situation générale et Contexte

Nombreuses sont les femmes réfugiées qui ont quitté leur pays sans avoir bénéficié d’une formation ni d’une expérience en santé nutritive, reproductive et infantile.

D’autres femmes ont fui et abandonné une vie sociale plus aisée et se sont retrouvées à l’exil sans argent en plus des nouvelles habitudes alimentaires, et ne sont pas capables de gérer de manière efficace ce qu’elles peuvent avoir comme ressources financières ou aliment.

De ce fait, elles sont privées des notions élémentaires pour nourrir leurs enfants avec le peu de moyens qu’elles disposent. Malheureusement, les enfants en sont les principaux victimes.

Le but de ce projet est donc d’apprendre aux femmes à s’occuper de la bonne santé de leurs enfants par l’hygiène alimentaire.

  • Contexte spécifique et justification du projet
        • Beaucoup de femmes n’ont pas pu bénéficier de l’éducation de base relative à l’alimentation et à l’hygiène à cause de leur jeune âge lorsqu’elles ont dû fuir leurs pays d’origine.

La majorité de ces femmes réfugiées ne connaissent pas la valeur nutritive des produits locaux de leur pays d’accueil et ne savent pas comment les.

        • cuisiner
        • La majorité d’entre elles ne disposent pas d’assez de moyens financiers pour diversifier leur alimentation et favoriser une croissance saine et rapide de leurs enfants à travers l’apport de toutes les substances nécessaires.
  • Objectifs

III.1. Objectif général

Promouvoir la bonne santé et la bonne croissance des enfants des femmes réfugiées par l’hygiène alimentaire, sanitaire et comportementale

III.1. Objectif spécifiques

1. A la fin de chaque cycle de formation de 3 mois, les participantes devraient être capables de composer un plat équilibré à partir des denrées disponibles sur le marché local.

2. Elles devraient aussi être capables de préparer des plats différents, à base des mêmes denrées alimentaires.

  • Mise en œuvre et gestion du Projet :
    • Le projet consiste en la création d’un espace de formation adressé aux femmes réfugiées sur les outils qui favorisent la bonne alimentation et croissance des enfants.
    • Les membres du Comité de femmes seront les gérantes de cet espace de formation. Elles mêmes seront formées par un personnel spécialisé en nutrition, santé, et psychologie. Elles seront ponctuellement conseillées par l’équipe de supervision du BOS en particulier le médecin et l’assistante sociale. Après avoir acquis les notions de base des principes nutritifs des aliments, les connaissances nécessaires de différentes méthodes de cuisson; les femmes du Comité seront prêtes pour dispenser les leçons apprises à toutes les femmes réfugiées intéressées par ce projet.
    • Un plan d’action sera fait dès que le projet sera financé, conformément aux moyens disponibles, priorité faite à l’achat de l’équipement et matériel de cuisine. A la fin de chaque mois, toutes les formatrices passeront une journée d’évaluation et de planification des cours pour le mois suivant.
    • Ce sera un espace de partage pas seulement relative à la bonne alimentation des enfants, mais aussi de tous sortes de problèmes que les mères réfugiées rencontrent en se confrontant avec la réalité de leur nouvelle vie d’exilées et dans l’éducation de leurs propres enfants.
  • Lieu

Les activités du projet se feront dans les locaux du Bureau d’orientation Sociale des Réfugiés (B.O.S.) ou dans un autre bâtiment lui indiqué par les services du Haut Commissariat pour les réfugiés ou du B.O.S. Les femmes qui participeront à la formation pourront faire garder leurs enfants à la garderie pour enfants pendant les cours.

  • Durée du projet

La durée du projet est indéterminée. La formation se fera chaque fois en des cycles de 3 mois, soit 24 séances de formation par cycle à raison de 2 séances par semaine.

  • Viabilité du projet
    • Cette initiative prend vie par la conscience que la nourriture des enfants des femmes réfugiées est fondée surtout sur le riz, aliment de base de la cuisine sénégalaise mais que, en même temps, le marché offre d’autres types de céréales très nourrissants et d’autres aliments pas chers qui peuvent être facilement une bonne substitution aux repas à base de riz. La richesse qui vient des différentes nationalités des membres du Comité des femmes réfugiées peut se refléter dans l’apprentissage d’une multitude et d’une variété de plats liés aux différentes cultures.
    • Le Projet est facilement réalisable grâce à la disponibilité des femmes du Comité qui sont prêtes à travailler et à former les autres femmes réfugiées en mettant à leur disposition les connaissances qu’elles auront acquises lors de leur formation initiale offerte par un nutritionniste.
  • Impact du projet
    • Les femmes réfugiées auront la possibilité de disposer de certaines quantités variées d’aliments de base qui peuvent être utilisées pendant les cours sur la nutrition, cuisinées par les femmes réfugiées elles mêmes et consommées par les enfants de la garderie d’enfants.
    • Le projet va occuper les femmes et les initier à être plus actives.
haut

 

Copyright 2007, OFADEC Tous les droits sont reservés